Non au futur vaccin anti-covid

Comme vous le savez, nous nous rapprochons de plus en plus d’un vaccin contre le covid19.
Plusieurs laboratoires américains annoncent déjà des vaccins qui seraient efficaces.
C’est le cas notamment de Moderna qui annonce un vaccin efficace à 95 %, Pfizer un vaccin efficace à 90 % et AstraZeneca un vaccin efficace à 70%.
Rappelez-vous, AstraZeneca c’est le laboratoire où un jeune Brésilien est mort empoisonné à cause des tests du vaccin anti-covid !
Nous ne connaissons pas encore exactement les composants que contiennent ces trois vaccins. Mais je peux affirmer que, grâce au média Fidepost.com, j’ai déjà la certitude que le vaccin du laboratoire AstraZeneca contient des fibroblastes MRC-5.
Pour ceux qui ne savent pas ce que sont les fibroblastes MRC-5, sachez qu’il s’agit de cellules développées à partir de fœtus avortés.


Si vous êtes catholique, sachez d’ores et déjà qu’il est moralement inacceptable de tolérer un tel produit !
En tous cas, tout ce que nous avions annoncé depuis le début sur la crise sanitaire et sur le vaccin est en train de se dérouler comme nous l’avions prédit.
Il était normal que la propagande médiatique nous fasse croire que le virus nous vient de Chine, tout comme il était normal que le futur vaccin nous arrive des États-Unis (première puissance mondiale). Évidemment, ces laboratoires n’auront pas la possibilité de fournir des vaccins pour sept milliards d’individus en une fois. Les premières doses seront donc destinées aux personnes âgées et aux crédules les plus lobotomisés qui seraient prêts à mettre le prix fort pour ce poison.
Mais dans un deuxième temps nous rentrerons dans une phase de vaccination mondiale obligatoire où il ne sera pas question de refuser le futur vaccin.
Mais en réalité ce sera beaucoup plus subtil que ça. En fait, les personnes qui refuseront le futur vaccin seront au fur et à mesure marginalisées de la société et détruites socialement.
Écoutez plutôt les propos de monsieur Christophe Barbier afin de mieux comprendre ce qui ce passe.

https://t.co/UWWJVj6Xqk

« Ensuite, pour les autres, ceux qui se méfient de ce qu’on leur inocule, ceux qui tombent souvent dans le complotisme, il faut être coercitif mais plus malin peut-être qu’une obligation de type militaire. On ne va pas mettre les gens en prison. Et bien, instaurons donc une règle ! Si vous n’êtes pas vacciné, vous ne pouvez plus aller au restaurant, vous ne pouvez plus aller au théâtre, vous ne pouvez plus prendre l’avion… Vous êtes de vous-même retiré de la vie collective, vous êtes auto-confiné. Il faudra avoir son certificat de vaccination, comme un laissez-passer pour être dans la société… C’est l’intérêt supérieur de la nation. »

Le vaccin n’étant d’ailleurs pas encore arrivé, voilà déjà que la compagnie aérienne australienne annonce qu’elle refusera les passagers qui ne seront pas vaccinés.
Voici ce que nous retrouvons sur BFM TV (média mainstream) :

« La compagnie aérienne australienne Qantas a prévenu que ses vols internationaux ne seront ouverts qu’aux passagers vaccinés lorsqu’un tel traitement sera disponible pour le grand public. D’autres compagnies pourraient suivre son exemple. »

Tous vaccinés pour prendre l’avion ? La compagnie aérienne australienne Qantas se lance : « Nous envisageons de changer nos conditions d’utilisation pour les voyageurs internationaux, pour leur dire que nous demanderons aux gens de se faire vacciner avant de pouvoir monter à bord de l’avion », a déclaré son PDG Alan Joyce à la chaîne de télévision Channel Nine.
« Pour les voyageurs internationaux arrivant en Australie et pour les gens qui quittent le pays, nous pensons que c’est une nécessité », a-t-il poursuivi, soulignant que son groupe étudiait aussi la possibilité de mettre en place cette obligation sur les vols intérieurs. « Évidemment, la vaccination ne deviendra obligatoire qu’une fois un vaccin disponible pour le grand public. »

Si vous aviez l’intention de visiter l’Australie, sachez déjà que ce pays ne sera plus accessible sans le futur vaccin. Et étant donné que l’Europe a toujours un peu de retard, sachez également que nos compagnies aériennes suivront et qu’il ne sera bientôt plus possible de prendre l’avion, à moins que vous acceptiez de vous faire injecter un poison dont on ne sait rien dans le sang.
Nous avons bien conscience que des temps difficiles attendent les personnes qui refuseront le futur vaccin. Mais nous continuons et nous continuerons à vous encourager à refuser ce futur vaccin, car il en va de votre santé et de celle de vos enfants.

Gwen Wed