Manifestation pour soutenir les indépendants dits “non essentiels” – Samedi 16 janvier 2021 (Bruxelles)

C’est en ce samedi 16 janvier vers 14h, suite à l’appel d’un coiffeur barbier à venir manifester place Albertine à Bruxelles, qu’une délégation d’En Colère à été soutenir les indépendants “non essentiels” afin de réclamer la réouverture des coiffeurs, salons d’esthétique, salles de sport, cafés, restaurants et discothèques, si durement touchés par les mesures sanitaires liberticides. Une centaine de personnes ont répondu à l’appel, dont également une délégation du mouvement liégeois Valeurs Nationales. La manifestation était tolérée par les forces de l’ordre qui se trouvaient en nombre important dans le centre de la capitale.

Après avoir distribué quelques tracts d’En Colère appelant à la désobéissance civile contre les mesures covid-19 et avoir scandé quelques slogans tels que “Stop à la dictature sanitaire !”, “Laissez-nous travailler !” ou encore “De Croo démission !”, le cortège de la manifestation s’est dirigé vers le Jardin des Arts. Mais à peine après avoir démarré, les forces de l’ordre nous ont nassés sur le perron menant vers la rue Ravenstein. La police craignait que nous nous dirigions vers le 16 rue de la Loi. C’est à cet endroit précis que nous sommes resté bloqués pendant plus d’une demi-heure sous la neige, par zéro degré, avant de trouver un accord avec la police afin d’être libérés. La tension était palpable, une esthéticienne était en pleurs après avoir scandé “Laissez-nous travailler !” devant une rangée de policiers casqués et bouclier à la main, empêchant les manifestants de passer. C’est seulement vers 15h que nous avons pu être relâchés. Nous avons pu alors nous rassembler à nouveau sur la place Albertine. Sans doute les forces de l’ordre commençaient-elles elles aussi à avoir froid pour avoir décidé de nous libérer si tôt !

Après avoir discuté avec plusieurs manifestants, nous avons pu constater que ceux-ci sont bien déterminés à ne pas en rester là et à revenir manifester bientôt. En Colère sera bien sûr à nouveau présent pour défendre nos commerçants et indépendants face aux mesures dictatoriales de ce gouvernement non élu.

Grégory Bourguignon