Témoignage poignant d’une personne chrétienne, réfugiée de Fedasil Mouscron

Par souci de sécurité pour cette personne, nous ne divulguerons pas son identité.

Grégory Bourguignon : 

“Je suis le responsable de Mouscron en colère et une adhérente de mon groupe m’a fait part de votre désarroi et du pourquoi vous avez quitté l’Amérique latine.  

Je tenais à vous faire savoir que notre groupe n’en veut pas à l’ensemble des réfugiés du centre Fedasil où vous résidez, mais bien au gouvernement belge qui nous impose cette immigration de masse sans demander l’avis des citoyens. Vous devez savoir qu’en quelques semaines, les autorités fédérales de Belgique nous ont imposé près de 1000 demandeurs d’asile dans un quartier qui compte déjà 5000 habitants. 

Vous pensez certainement que la vie est plus facile pour les Belges et les Européens, mais beaucoup d’entre nous n’arrivent pas à joindre les deux bouts et certains ne mangent plus les derniers jours du mois. 

Beaucoup de citoyens mouscronnois sont révoltés parce le fait que les enfants du centre reçoivent des cadeaux, que les résidents Fedasil peuvent participer à des fêtes, alors que des citoyens mouscronnois ont du mal à nourrir leurs enfants et ne peuvent pas recevoir leur famille et leurs amis en cette période covid. 

Vous vous plaignez des causes qui vous ont fait venir en Belgique (nous ne pouvons pas expliquer l’histoire pour des raisons de sécurité).

Chaque famille a son histoire, chacun porte sa croix et nous devons pourtant y faire face et continuer à vivre avec notre passé.  

Beaucoup de Belges ont l’impression que les étrangers extra-européens viennent chez nous pour avoir une vie meilleure, tout en profitant de notre système social très généreux. Mais il faut que vous compreniez que tout cela n’est qu’illusion, car tout est très cher chez nous, et même si nous sommes aidés par notre système chômage et le CPAS, tout est très vite dépensé. 

Seuls ceux qui font des études, des formations de métiers, et qui trouvent un travail s’en sortent. Les autres resteront au banc de la société. 

Nous sommes conscients aussi que l’immigration musulmane cause bien plus de problèmes que l’immigration venant de pays chrétiens. Je n’ai d’ailleurs aucun doute sur votre volonté de vous intégrer, ni que vous allez pouvoir vous adapter facilement à nos mœurs et à nos traditions car vous venez d’un pays chrétien, contrairement à certains musulmans qui, eux, au contraire, aimeraient imposer leur mode de vie en Europe.  

Ne pensez donc pas que les adhérents de Mouscron en colère veulent discriminer tous les réfugiés, ils voudraient tout simplement retrouver leur tranquillité et la sécurité dans leur quartier, comme nous pensons que vous aimeriez vous sentir en sécurité dans l’ancien refuge où je suis né.  

Si vous désirez me parler plus en détails, je suis prêt à vous écouter et à vous répondre.”

Réponse de la personne chrétienne, réfugiée :

“Bonjour Grégory.  Je sais que dans le groupe Mouscron en colère c’est généralisé, mais parfois on n’arrête pas de se sentir mal car on pense que c’est contre tous les réfugiés du centre.   

Si vous ne le savez pas, le ******* est l’un des pays les plus violents du monde et la plupart d’entre nous, *******, fuyons parce que les gangs de Latinos contrôlent le pays. Là, vous ne pouvez pas aller d’un endroit à un autre car ils peuvent vous tuer si vous n’êtes pas de la même région. Des innocents meurent chaque jour, il y a des disparus chaque jour, et j’ai donc décidé d’émigrer en Belgique. J’ai quitté ma famille et mes amis pour venir à Mouscron où je n’ai rien, où nous souffrons de discrimination même au sein de l’ancien refuge. Nous avons été discriminés parce que le directeur soutient les musulmans, et j’ai même dû quitter ma chambre parce qu’une famille musulmane voulait l’avoir, comme si le directeur du centre n’avait aucun pouvoir sur eux. 

Nous ne venons pas ici pour demander quoi que ce soit en cadeau, nous voulons travailler pour survivre et avancer, nous ne voulons pas vivre de l’État comme certains le prétendent. Je sais que ce n’est pas le pays des merveilles, mais je peux vous assurer qu’il vaut mieux souffrir ici que de voir mes enfants morts, ou pire, que mes enfants soient témoins de ma mort. 

Le secrétaire Sammy Madhi préfère avoir des musulmans et essaye de chasser les Latinos du pays. Au centre, il y a environ 650 personnes actuellement, et nous, les Latinos, sommes environs 90.  

La majorité des demandeurs d’asile sont des musulmans et des Noirs africains qui sont les mêmes et qui génèrent des problèmes à l’intérieur du centre. Mes enfants doivent regarder les combats de bandes de musulmans tous les jours. Ils sont d’une violence inouïe, et au final, ils obtiennent ce qu’ils veulent de la direction, ce qui est complètement paradoxal d’accepter tous leurs caprices et pas nous, les Latinos, qui venons ici en paix. 

Mardi, il y a eu une altercation entre Arabes et Afghans où ils ont frappé des membres du personnel de Fedasil qui ont dû être emmenés à l’hôpital. Et pour ne pas placer ces migrants violents en garde à vue, ils les ont seulement changé de centre d’accueil alors qu’ils se comporteront de la même manière ailleurs. Pour moi, ce type de personnes doit quitter la Belgique car ce n’est que pour générer des problèmes qu’ils viennent. 

Merci beaucoup pour l’intérêt que vous m’apportez. Parfois les messages que vous écrivez dans le groupe nous font du mal, car nous ne sommes pas venus pour profiter de la situation mais pour avancer. Cela me dérange vraiment l’attitude que les membres du personnel et de la direction adoptent envers les musulmans, car ici le favoritisme à leur égard et pour les demandes d’asile est beaucoup plus perceptible. 

C’est que la majorité est musulmane, et la majorité l’emporte ! Mais ne vous inquiétez pas pour nous, petit à petit nous comprenons que ce n’est pas contre nous tous les commentaires des adhérents de votre groupe, car il est vrai que chaque incident à l’intérieur du refuge est commis par des musulmans. 

Si pour le ramadan Fedasil a donné de la nourriture halal pour eux, nous on ne nous a même pas donné du chocolat. Ce n’est pas du tout facile de vivre tous les jours de manière discriminatoire. L’exemple le plus clair est le ramadan, ils ont dû modifier les horaires des repas pour eux, nous avons dû nous y adapter, avec les autres résidents du centre qui sont Latinos et d’Europe de l’Est. 

Si j’ai décidé d’écrire à Kelliane (adhérente du groupe), c’était pour exposer que nous ne sommes pas tous méchants ici, il y en a qui sont aussi contre les musulmans, et non pas parce qu’ils sont racistes mais parce que nous vivons avec eux tous les jours, et que nous savons quel genre de personnes ils sont.”