HELP ! Manifestation à Couvin, vendredi 5 février 2021

Une nouvelle fois, les militants d’En Colère se sont mobilisés contre les mesures sanitaires imposées par le gouvernement.

Cette fois-ci, c’est à Couvin que nous nous sommes rendus, où pas moins de 200 participants étaient présents.

Restaurateurs, cafetiers, patrons du secteur événementiel et patrons de discothèque ont voulu se faire entendre pour pouvoir rouvrir au plus vite leurs établissements.

En Colère à déployé un calicot pour rappeler que nous sommes en dictature sanitaire, et que derrière cette crise se cache la volonté des élites mondiales de nous imposer un régime communiste 2.0, alliant ultra-libéralisme et phases de soviétisation. C’est-à-dire un monde où la classe moyenne aura disparu et où les petits commerçants, restaurateurs et métiers de contacts, risquent à terme de devoir mettre tous la clef sous la porte et remettre leurs commerces à des grandes chaînes et des multinationales.

Lors d’une interview par un média indépendant, j’ai pu rappeler que le covid-19 avait été créé de toute pièce à Wuhan et lâché délibérément dans la nature pour provoquer la crise sanitaire que nous connaissons aujourd’hui. Pour favoriser la haute finance, le e-commerce et détruire l’économie réelle, favorisant le monopole de quelques multinationales et empêchant toute concurrence.

Voilà le monde dans lequel nous risquons de basculer. Si nous ne nous battons pas maintenant contre ces mesures liberticides restrictives de nos libertés, nous risquons fortement d’atteindre un point de non retour (“grand reset”). Et comme pour le communisme sous Lenine puis Staline et maintenant en Chine, il y aura alors risque que ce régime perdure des décennies jusqu’à ce qu’il s’effondre sur lui-même.

En Colère se bat pour la liberté, l’indépendance et le retour de notre souveraineté. Et jamais notre mouvement ne se soumettra à des dogmes ni à l’impérialisme, qu’ils soient politiques ou religieux, et continuera à lutter contre les mondialistes de tous poils qui veulent nous imposer le nouvel ordre mondial.

Grégory Bourguignon