Marketing politique autour des terrasses pour une semaine…

Depuis quelques jours, quelques bourgmestres de la province de Liège, Willy Demeyer en tête, le gouverneur de la province de Liège, Hervé Jamar, et le bourgmestre de Mons, Nicolas Martin, appellent à la désobéissance civile en appelant à la réouverture des terrasses le 1er mai, alors que le comité de concertation prévoit une réouverture le 8 mai.

Rappelons que notre mouvement citoyen « En Colère » appelle à la désobéissance civile contre toutes les mesures sanitaires depuis août 2020 ! Et voilà que face à un ras-le-bol général de la population, certains élus locaux et provinciaux sortent leurs cartes de rebelle de leurs chapeaux pour essayer de plaire à nouveau à leurs électeurs.

Si seulement ces élus s’étaient mobilisés depuis le début contre toutes les mesures sanitaires en dénonçant leur inutilité et le basculement de notre société vers une dictature généralisée, nous n’aurions pu que nous en réjouir. Mais il n’en est rien. Bien au contraire, ces bourgmestres ont, pendant des mois, pris bien soin de faire appliquer les mesures “sanitaires” du gouvernement progressiste De Croo, en déployant des patrouilles de police dans les quartiers où bars et restaurants se côtoient, et où jeunes et moins jeunes se donnent régulièrement rendez-vous les jours de fin de semaine pour y boire un verre avec leurs copains et copines, comme au Carré à Liège par exemple. Des villes où, pendant des mois, ces bourgmestres ont mis les moyens pour attraper et verbaliser ceux qui osaient organiser et participer aux “lockdown parties”, dont certaines se sont terminées par des drames, comme dernièrement à Anvers où un jeune homme de 21 ans est décédé en voulant échapper à un contrôle covid de la police.

A l’exception de Jean-Marie Dedecker, bourgmestre de Middelkerke, qui voulait déjà rouvrir les terrasses le 1er avril (bien qu’il ne l’ai pas fait… ), les autres ne sont que les collabos d’un gouvernement corrompu, aux ordres lui-même de l’industrie pharmaceutique, des banques et du nouvel ordre mondial qui veut maintenir dans la durée cette crise dite “sanitaire”.

Tout cela n’est que du one man show de la part de ces élus. Alors que, même si les terrasses vont rouvrir dans quelques semaines, nous sommes bien loin encore de pouvoir retrouver notre vie d’avant. Car évidement, le masque restera toujours obligatoire en arrivant aux abords de ces terrasses, les rassemblements de plus de 3 personnes après minuit seront interdits, les discothèques et les festivals ne sont pas près de rouvrir, et il y a forte chance que d’ici quelques mois, ces mêmes élus vous obligeront à avoir votre passeport vert vaccinal voté récemment par le Parlement européen, pour accéder aux théâtres, piscines, bars, restaurants, etc.

La désobéissance civile est plus que légitime, mais contre TOUTES les mesures liberticides si nous voulons retrouver notre liberté. Ce n’est pas en écoutant et en faisant confiance aux sirènes du monde politique que la situation s’améliorera, puisque ce sont les mêmes qui ont provoqué la situation dans laquelle nous vivons tous aujourd’hui. Comment peut-on apprécier ceux qui nous jouent du violon depuis si longtemps, et qui font du rififi entre le pouvoir local et fédéral pour en fin de compte ne nous donner que des illusions ?

Grégory Bourguignon