Comme partout dans le monde, et plus particulièrement dans le monde occidental, les restrictions de liberté liées à la fausse pandémie battent leur plein depuis 2 ans et le ras-le-bol général est monté d’un cran. Si les nombreuses manifestations contre les mesures sanitaires débiles et liberticides n’ont donné aucun effet, au Canada, là où la dictature sanitaire se fait ressentir encore plus fort que dans les pays d’Europe, le gouvernement canadien dirigé par Justin Trudeau, une des marionnettes préférées des globalistes du nouvel ordre mondial, a mis la goutte d’eau de trop qui a fait déborder le vase. En effet, dans ce pays où les restrictions liées au covid sont les plus fortes après l’Australie, le premier ministre d’extrême gauche canadien a mis en place l’obligation vaccinale pour les transporteurs routiers et obligé la quarantaine de 15 jours pour les chauffeurs non-injectés revenant des États-Unis. Une mesure de trop que les routiers n’ont pas appréciée du tout. Pour cette raison, ils ont créé le convoi de la liberté avec leurs camions et bloquent la ville d’Ottawa depuis le 29 janvier. Et ils comptent bien tenir ce blocage jusqu’au retrait total de toutes les mesures sanitaires. De plus, la population, exaspérée au même titre que les camionneurs, s’est jointe à eux et les ravitaille en nourriture, boissons et diesel. La situation est telle que la police ne sait presque rien faire, à part confisquer quelques jerricans d’essence et du bois qui sert à réchauffer les manifestants et les routiers. La capitale canadienne est en état de siège et l’armée refuse d’intervenir suite à la demande de Justin Trudeau qui a fuit Ottawa juste avant le blocage de la ville. Depuis, d’autres villes canadiennes sont également bloquées par des camions.

Mais ce mouvement ne s’arrête pas aux frontières du Canada. En effet, en Europe aussi des convois de la liberté se mettent en place via des groupes Telegram et Facebook. Le mouvement prend une telle ampleur que les administrateurs du groupe Facebook “Convoi France” ont vu leurs comptes désactivés et supprimés par les modérateurs collabos du réseau social de Mark Zuckerberg, groupe qui réunissait 350 000 adhérents. Alors que le mouvement se veut pacifique, nous ne pouvons que constater une manœuvre de l’oligarchie afin de casser celui-ci. Il en est de même dans les médias mainstream où les contestataires sont déjà décrits comme des conspirationnistes et des extrémistes. Comme avec le mouvement des Gilets Jaunes, ils nous ressortent à chaque fois la même chanson.

A l’heure où j’écris ces lignes, des camions, des camionnettes en tous genres, des voitures et des motos venant de toute la France sont occupés à se diriger vers Paris. Mais aussi des convoyeurs venant d’Italie, d’Espagne, du Portugal, d’Allemagne et d’ailleurs vers la capitale française, avant de remonter ensuite vers Bruxelles afin d’interpeller les dirigeants européens pour mettre fin à toutes les mesures sanitaires. Les citoyens belges opposés aux mesures sanitaires aideront les convoyeurs de la liberté une fois arrivés en Belgique.

Ce mouvement dérange et irrite les autorités à tel point que le ministre de l’intérieur français Gérald Darmanin a interdit au convoi de la liberté d’entrer dans Paris, au même titre que dans la capitale européenne par les autorités et Philippe Clause, bourgmestre de Bruxelles. Une situation qui risque d’ajouter des tensions supplémentaires, car il va de soi que les convoyeurs n’ont pas décidé de faire demi-tour. Au contraire, ils s’organisent et mettront un plan B en place. Quoi qu’il en soit, le début de semaine prochaine risque d’être sérieusement perturbé en Belgique, dans et autour de la région bruxelloise.

Nous mettons à votre disposition les premières recommandations à suivre si vous désirez participer à ce mouvement de libération.

Grégory Bourguignon