Malgré la saturation des 80 centres Fedasil en Belgique et la crise ukrainienne qui a créé une situation ingérable avec l’arrivée massive de migrants (et pas que des Ukrainiens), le droit international permet aux demandeurs d’asile et à leurs avocats de déposer plainte contre le secrétaire d’État à l’asile et à la migration devant le tribunal du travail.

Le juge soupçonne Fedasil de fermer les yeux volontairement sur les règles du droit d’asile ainsi que sur l’accumulation du non-respect des lois et l’absence de solution. La justice suspecte une volonté organisée et cachée pour refuser le droit d’asile à certains demandeurs.

La justice, en plus de recevoir les plaintes recevables, se permet de juger la manière de travailler de l’Office des étrangers qui pourtant n’a pas d’autres choix, ni de solution, pour accueillir plus de réfugiés que ce que la Belgique peut accueillir dignement sur son territoire. Nous ne sommes pas fan du secrétaire d’État à l’asile et à la migration, Sammy Mahdi, qui a déjà par le passé favorisé l’immigration musulmane au détriment de personnes venant d’Amérique latine.

Nous ne pouvons pas dire que ce secrétaire d’État belgo-irakien CD&V du gouvernement Vivaldi soit profondément anti-immigration et même encore bien moins que son prédécesseur, Theo Francken. Nous constatons donc que le système judiciaire en matière de droit international est bien supérieur à celui de l’Etat fédéral lui même, et que la politique menée par un gouvernement, quel qu’il soit, est sujette à des poursuites judiciaires si celui-ci n’est pas suffisamment pro-immigration. Les électeurs auront beau voter pour n’importe quel parti cela ne changera pas tant qu’un gouvernement ne décidera pas de sortir de ces traités internationaux, de sortir de l’U.E. et de se libérer de ces instances supranationales. Tant que cela perdurera, nous n’aurons aucune souveraineté ni liberté de choix.

Sortons la Belgique de la CEDH (Convention Européenne des Droits de l’Homme) ! Quittons l’U.E. ! Belxit !

Grégory Bourguignon