Article abject et antidémocratique à l’encontre de notre collectif à Mouscron

Vendredi dernier, un article à été édité dans le journal Nord Eclair de Mouscron concernant la campagne d’affichage que nous menons depuis trois semaines dans plusieurs villes de la Belgique francophone, contre la dictature sanitaire.

https://nordeclair-mouscron.sudinfo.be/783060/article/2021-05-06/des-affiches-incitant-la-desobeissance-placardees-mouscron-le-parquet-est-avise

Si cela agace les autorités mouscronnoises, il s’agit d’une campagne d’affichage tout à fait légale contrairement à ce qui est écrit dans cet article. Les affiches d’En Colère ont été collées sur des panneaux d’affichage libre destinés aux associations (nous en sommes bien une), et au milieu culturel et sportif.

Une fois de plus, on ne peut que déplorer le manque total de liberté d’expression et que seule la pensée unique compte pour ces élus du CDH, du MR, et même de l’opposition locale PS et Ecolo. Alors que cela fait plus d’un an que nos droits et libertés sont bafoués et que les commerçants sont gravement touchés par cette crise, c’est encore une fois ceux qui dénoncent cette dictature “sanitaire” (cette fois par une campagne d’affichage) qui sont stigmatisés, considérés comme des criminels par Nord Eclair et les autorités communales de Mouscron. Une honte pour notre pays.

Le but de cet article est non seulement de nous faire passer pour un groupe illégal et hors-la-loi, mais surtout de manipuler l’opinion publique par un torrent de haine à notre égard. Car si l’échevine des travaux,  Marie-Hélène Vanelstraete, a avisé le parquet pour tenter de nous poursuivre, il va falloir nous expliquer comment nous pouvons être condamnés pour avoir dénoncé des mesures sanitaires liberticides qui sont illégales et anticonstitutionnelles dans notre pays. Un délit d’opinion qu’ils essayent une nouvelle fois de nous infliger.

Quoi qu’il en soit, cela ne nous fera certainement pas reculer et nos collectifs continueront à dénoncer cette supercherie de crise dite “sanitaire” et à défendre les citoyens de notre pays.

Grégory Bourguignon