Le peuple peut-il encore croire à une issue démocratique ?

Je ne crois plus en une issue démocratique à la situation actuelle. Nous ne sommes plus dans le contexte qui prévalait voici 30, 40 ou 50 ans, quand les gouvernements écoutaient encore un minimum les revendications du peuple. A l’heure actuelle, nous nous trouvons face à une dictature minutieusement préparée depuis des années, et à une manipulation gigantesque du peuple par la peur : ils ont tout verrouillé.

De plus, ils sont terriblement armés. Ne pensez même pas à faire une insurrection, ils vont vous tirer dessus ou vous foncer dedans avec des chars, comme en Chine. La situation que nous vivons aujourd’hui nécessiterait un travail de fond effectué par l’armée, suivi d’un putsch orchestré par cette dernière. Il faut réaliser que nous, le petit peuple, sommes devenus impuissants face à l’organisation qu’ils ont mise en place petit à petit, alors que nous acceptions tout sans rechigner.

D’où mon envie de me tourner maintenant vers la réflexion portant sur ce qu’il serait nécessaire de mettre en place pour donner naissance à un monde nouveau, à un modèle alternatif de société tout en contournant le Système. Créer des alter-restaurants chez l’habitant, proposer des activités diverses comme des théâtres, des concerts privés, des listings de médecins ou autres professionnels de santé qui ne demandent ni pass ni injection, organiser des soirées tournantes chez l’un puis chez l’autre et y faire bar ou resto où l’on ne paye les produits qu’à prix coûtant, des échanges de services selon les compétences de chacun, créer des donneries avec les produits que l’on a en surplus (fruits, légumes, vêtements, jouets…), donner des cours d’autonomie alimentaire, de cuisine, de couture, de techniques diverses pour aller vers une autonomie globale, aider à donner des cours à domicile aux enfants retirés des écoles, etc…

Telle est selon moi la direction qu’il importe de faire prendre à notre combat. Combat d’aujourd’hui pour un monde de demain plus juste et plus humain que celui d’avant, selon des valeurs diamétralement opposées à celles du cauchemardesque « monde d’après » que les tyrans mondialistes voudraient nous imposer.

Luna Stenfors