Alliance des patriotes oui, mais pas avec des soumis !

Si nous avions mobilisé nos troupes pour le lancement du nouveau parti “Chez Nous” à Liège soutenu par le Vlaams Belang et le Rassemblement National de Marine Le Pen, c’était pour nous montrer unis face aux crapules gauchistes antifas, socialo-communistes et FGTB qui menaçaient de venir manifester contre les participants patriotes. Mais comme nous avons affaire à des amateurs, qui de plus se soumettent à la dictature par la demande d’un QR code, nous pensons qu’il est mieux d’en rester là avec “Chez Nous”, ou Chez Eux, appelons-les comme on veut.

Jérôme Munier fondateur de “Chez Nous” a eu la maladresse de louer une salle à la commune de Herstal, (La Fabrik) alors que cette ville est dirigée par des socialo-communistes. Rien d’étonnant donc sur le fait que le bourgmestre de la ville d’Herstal ait interdit le meeting. Pour maintenir un tel événement, la salle aurait dû être privée. De cette manière, le QR code n’aurait pas été obligatoire et l’événement aurait pu être maintenu.

Si nous avons appelé au boycott contre ce meeting ce matin, c’est uniquement pour montrer que chez “En Colère” nous ne nous soumettons pas à un QR code ou à des tests pour pouvoir rentrer où que ce soit. Il est hors de question que nous acceptions cette dérive totalitaire du système oligarchique qui veut nous mener vers une dictature mondiale calquée sur le régime communiste chinois.

De plus, les lignes du RN et du Vlaams Belang sont devenues plutôt proche du Système. Ces deux partis se sont déjà laissés corrompre par l’oligarchie et les mondialistes. C’est pour cette raison que nous n’entendons pas beaucoup monsieur Bardella et monsieur Van Grieken critiquer et s’opposer aux mesures liberticides et coercitives gouvernementales. Notre ligne doit rester claire, et les seuls partenaires qui ont le même programme que le nôtre ce sont Les Patriotes de Florian Philippot. Dans les semaines à venir, nous allons à nouveau avoir des contacts avec Les Patriotes et nous allons faire en sorte que nous puissions travailler ensemble.

Grégory Bourguignon